Pourquoi les noms des plantes sont en latin ?

Pourquoi les noms des plantes sont en latin ?

Classé dans : Conseils plantes intérieur, Jardin | 0

Il est important de savoir comment son nommer les plantes pour mieux jardiner. Le nom des plantes nous donne leurs identités.

D’ou viennent les noms des plantes ?

Les origines étymologiques des végétaux sont multiples, ils peuvent avoir comme principales pour sources:

  • Le nom d’un botaniste comme par exemple le Davidia involucrata, découvert par le moine botaniste Armand David.
  • Le nom d’un scientifique: Fuchsia, du physicien allemand Leonhard Fuchs.
  • La zone géographique d’origine: Parrotia persista, arbre originaire de Perse  (Iran).
  • Des particularités de la plante ou ressemblance à un autre végétal: Parthenocissus quinquefolia, vigne vierge à feuilles composées de cinq folioles.

La nomenclature officielle

Aujourd’hui, chaque nom de plante respecte une nomenclature de base, composée des éléments suivants:

La famille

Chaque famille est déterminée selon la structure des fleurs, des fruits et des organes végétatifs. La famille regroupe plusieurs genres.

Ainsi la grande famille des astéracées regroupe plus de 1000 genres différents. Souvent le genre qui y est le plus représenté et le plus typique (Aster) donne le nom à la famille.

En règle générale la famille devrait s’écrire, en français, avec une majuscule pour première lettre et possède une terminaison en …. acées.

Comme par exemple: Fagacées, Pinacées, Rosacées…

Le genre

Il ressemble des plantes ayant plusieurs caractères principaux en commun. Il s’écrit en latin, avec une majuscule en première lettre: Abies, Prunus, Malus, Quercus…

L’espèce

Chaque genre peut comprendre une ou plusieurs espèces qui se différencient par des caractères secondaires.

L’espèce devrait s’écrire en latin et en minuscule. Ex: alba, grandis, koreana, pinsapo.

Comment nommer la diversité des plantes de pépinière ?

La variabilité naturelle ou non est importante dans le monde végétal. Pour se repérer dans ce labyrinthe, il a fallu créer de nouvelles sous-divisions correspondant, chacune, soit à des degrés de différenciation botanique, soit à lorigine de la mutation.

La sous-espèces

Elle s’écrit: xxxx ssp.et est suivie d’un nom latin en minuscule.

Ex: Pinus nigra ssp. nigra= Pin noir d’Autriche

La varieté

Elle s’écrit: xxxx var et est suivie d’un nom latin en minuscule.

Le cultivar

C’est une variation d’une espèce cultivée portant sur un aspect morphologique ou de coloration du feuillage, des fleurs, des fruits ou du port. Le cultivar initialement désigné en latin, est aujourd’hui nominé dans une langue courante: allemand, anglais, français… Il devrait toujours s’ecrire entre 2 guillemets simples.

Exemples:

Chamaecyparis lawsoniana ‘Alumii’

Spiraea japonica ‘Little Princess’

Ce sont ces cultivars qui composent la grande partie de la gamme proposée par les pépiniéristes.

Les hybrides

Naturels ou fabriqués par la main de l’homme, les hybrides sont une part importante des introductions nouvelles dans les catalogues. L’hybridation, toujours au sein d’une même famille peut avoir des origines différentes et résulter de croisements.

Entre genres:

Elle donne naissance à un troisième genre dont le nom est composé d’une partie du nom de chaque parent. L’hybride intergénétique s’écrit comme un autre genre, mais précède du X. Ce type d’hybridation est rare.

X Cupressocyparis leylandii croisement entre Cupressus macrocarpa et Chamaecyparis nootkatensis.

Entre espèces d’un même genre:

Elle donne une nouvelle espèce dont le nom sera différent de celui des parents. Le nom d’espèce sera là aussi suivi du signe X.

Exemple: Erica X darleyensis croisement entre Erica carnet et Erica purpurascens.

Entre cultivars:

Elle donne un nouveau cultivar dont le nom ne sera précédé d’aucun signe. Le nom d’espèce ne figure pas quand les parents sont mal connus. Rien n’indique alors qu’il s’agit d’un croisement.

Philadelphus ‘Belle Etoile’= Seringat

Clematis ‘Ville de Lyon’= Clematite

Les plantes protégées

Comme  tous les inventeurs, les obtenteurs de nouveautés végétales protègent leurs créations. Ils espèrent ainsi se voir récompenser de leur travail, par le succès rencontre grâce à leur obtention, auprès du jardinier et du pépiniériste. C’est dans les rosiers que l’on trouve le plus de variétés protégées. 

C’est aussi le seul moyen pour eux, de se préserver des fraudes. Chaque plante protégée doit être vendue avec une étiquette authentifiant sa bonne origine et mentionnant son obtenteur et son diffuseur licencié.

Pour le consommateur, la plante est maintenant connue sous un nom de marque commerciale. La marque s’écrit avec une majuscule sans guillemets et dans une langue parlée (souvent en anglais, allemand,français ou néerlandais). Elle est suivie de lettre ® inscrite dans un cercle pour signifier la protection. (Register mark).

La plante peut être aussi protégée par Certificat.Obtention.Végétale empêchant toute multiplication sans autorisation de l’obtenteur.

Laisser un commentaire