Préparer et semer une pelouse

Préparer et semer une pelouse

Classé dans : Jardin | 0

Le secret d’un beau gazon, outre le choix d’un mélange de graminées approprié à son utilisation future, c’est avant tout une préparation soignée du sol.


A quelle période faut-il planter son gazon ?

Les deux époques favorables au semis sont le début de l’automne (Septembre-Octobre) et le printemps (Mars-Avril-Mai).

Pendant ces deux périodes de l’année, les nuits sont fraîches et humides mais les sols restent chauds favorisant la levée du gazon.

Choisissez un jour de beau temps pour effectuer la préparation du sol mais aussi pour le semis, cela garantit un futur gazon de qualité. Si lors du travail du sol, la terre vous semble trop collante, mieux vaut la laisser sécher avant de passer à l’étape d’affinage.

Par contre, il vaut mieux semer au plus vite dès que la terre est prête, avant que la couche superficielle ne le dessèche.


Quel type de gazon choisir ?

La qualité d’une pelouse dépend de la richesse du sol, de la sévérité du climat et du mélange de graines choisi. Mais devant la quantité de marques et la démultiplication des références dans les magasins, il est bien difficile de faire un choix pour les novices.

Voici nos conseils en fonction de vos besoins:

Vous désirez une belle moquette verte ?

Il vous faut alors un gazon d’ornement fin type « prestige » composé d’agrostis, de fétuque rouge traçante, mais surtout sans ray-grass. Sachez que ce tapis vert demande un entretien constant, des tontes très fréquentes (1 fois par semaine pendant la saison) effectués avec une tondeuse « hélicoïdales », et des arrosages réguliers.

La qualité « green de golf » ne s’obtient pas sans mal.

La pelouse sera très fréquentée ?

Si la pelouse se transforme souvent en terrain de jeux ou si vous avez décidé d’engazonner les allées du potager, choisissez un mélange type « sport » résistant au piétinement et à l’arrachement, contenant en majorité du pâturin. Cette herbe est assez longue à lever mais une fois bien installée, elle est indélogeable.

Le terrain n’est pas bon ?

Si votre terre est trop pauvre ou trop sèche, renoncez tout de suite au joli gazon anglais admiré sur les photos de magazines. Il existe bien sûr des graminées adaptées à ces conditions comme la fétuque élevée, ou le fameux ‘kikuyu’ en climat méditerranéen, mais les résultats vous décevront si vous vous attendez à profiter d’une belle moquette verte pendant l’été.

Vous voulez un résultat rapide ?

Pour obtenir un gazon en quelques jours, une seule véritable solution: le gazon de placage !

pose gazon rouleau


Comment préparer le sol avant la plantation du gazon ?

Le premier travail consiste à enfouir les mauvaises herbes. Si elles sont hautes, il vaut mieux commencer par passer une tondeuse robuste ou une débrousailleuse pour les réduire. Pour pousser dans de bonnes conditions, la pelouse a besoin d’une vingtaine de centimètres de terre bien préparée.

Dans tous les cas, mieux vaut effectuer un labour profond en automne; si vous le faites au printemps, faites-le en mars et un peu moins profond (10-15cm). Nivelez grossièrement le sol à l’aide d’une griffe et voir d’une pelle dans le cas ou votre terrain possède de grosses irrégularités de niveaux. Après le labour, laissez la terre se reposer une dizaine de jours pour avoir une surface stable.

La préparation du sol

C’est l’opération demandant le plus d’attention, de patience, et de persévérance et qui bien sûr, conditionne le plus l’aspect final du gazon.

Avant de semer, le griffage de la terre est indispensable pour enlever les cailloux et casser les mottes

  • Si vous voulez semer au printemps après avoir réalisé un labour profond à l’automne, des mauvaises herbes ont pu pousser en hiver. Passez alors un motoculteur muni d’une « fraise ». Cela affine la terre et enfouit en même temps les herbes coupées pour qu’elles se décomposent plus vite.
  • Roulez la terre avec un rouleau d’au moins 70-80kg en croisant vos passages. Essayez déjà à ce stade de tracer les contours de votre pelouse. Le rouleau ne se manoeuvre pas facilement aussi vous incite-il à modeler des courbes amples ou des angles bien marqués qui sont les plus agréables à l’oeil.
  • Avec une griffe, utilisée comme un simple râteau, cassez les mottes les plus importantes et enlevez les cailloux superficiels les plus gros. Pas besoin de planter profondément les dents de la griffe dans la terre, c’est ce mouvement qui remet les particules du sol à leur place.
  • Roulez à nouveau, si possible dans un autre sens (par exemple en diagonale par rapport aux premiers passages), puis affinez à nouveau la couche superficielle cette fois-ci avec un râteau. Là encore, essayer d’alterner le sens de ratissage pour un travail vraiment efficace. Soignez particulièrement les jonctions entre le futur gazon et les bordures, les passages dallés ou la terrasse. Le niveau de la terre doit être juste au-dessous de celui des allées et des terrasses (pour ne pas risquer plus tard d’abimer la lame de la tondeuse).

Faut-il amender le sol ?

Certains gazons fins demandent une terre riche, souple et aérée. Si la vôtre n’est pas idéale, elle peut, bien entendu être amendée pour le devenir. L’opération (apport massif de sable en terre lourde, de tourbe en terrain sableux, de fumier décomposé dans les terrains pauvres) augmente énormément le coût du gazon pour un résultat qui n’est que passager si l’entretien l’ultérieur n’est pas suivi très précisément. À réserver donc aux petits espaces ou aux passionnés des gazons anglais.


L’engazonnement 

La plantation du gazon

  • Procéder quand la terre n’est pas collante et par temps calme. S’il y a peu de vent, dispersez les graines le plus près du sol et progressez à reculons, dos contre le vent.
  • Reportez le dessin de votre pelouse mis au point sur le papier. Matérialisez ses grandes lignes par un petit sillon, le tracé final n’apparaîtra qu’à la première découpe des bordures. Laissez libre de toute végétation un cercle d’un mètre de diamètre au pied des arbres isolés dans une pelouse. Évitez les dessins trop compliqués: la tonte sur plus rapide !

Quelle quantité de graines ?

Selon le mélange que vous choisirez, comptez qu’il faut 15 à 40 gr/M². Pour un mélange classique, prévoyez 30gr/M². Semez un peu plus dense le long des bordures.

  • Commencez par semer sur tout le périmètre en comptant à peu près une poignée de graines au mètre linéaire. Parcourez ensuite toute la surface en semant à la volée en répartissant les graines le plus régulièrement possible. Mieux vaut semer très léger (une demi-poignée par mètre carré), et croiser vos passages pour que le semis soit plus dense.
  • Ratissez légèrement pour enterrer à peine les graines puis roulez soigneusement une ou deux fois de manière à bien les plaquer contre la terre. C’est la qu’on voit combien il est important que la terre ne soit pas collante sinon les graines collent à votre rouleau.

Faut-il arroser après le semis ?

Pour les semis d’automne, il ne faut le faire que s’il fait exceptionnellement très sec  ou si le vent dessèche la couche superficielle du sol. Mais veillez à ce que l’arrosage soit régulier et surtout très fin. Évitez de saturer le sol afin qu’il n’y ait pas d’écoulement qui emportent des graines. Ensuite les pluies automnales devraient suffire.

Pour les semis de printemps, le premier arrosage se fait comme en automne. Ensuite si vous arrosez après la levée de graines, vous devez répétez régulièrement les arrosages jusqu’à ce que les racines soient assez profondes. Mais bien souvent, les rosées importantes et les giboulées suffisent à assurer un développement rapide des jeunes graminées. La levée demande entre 10 à 25 jours selon la température et l’humidité du sol.

À lire pour devenir un vrai pro du gazon

Préparer et semer une pelouse
4 (80%) 1 vote

Laisser un commentaire