7 conseils pour réussir la plantation des Agapanthes, Amaryllis, Nérines

7 conseils pour réussir la plantation des Agapanthes, Amaryllis, Nérines

Classé dans : Bulbes | 0

Les plantes des familles des Amaryllidacées et des Alliacées comme l’Agapanthe, l’Amaryllis, la Nérine, le Tulbaghia et le Crinum ont des besoins et des exigences à peu près semblables. Cependant leur cycle de végétation diffère d’une famille à l’autre et a son importance quant à la conduite de leur culture.

Pour obtenir une belle floraison, il faut respecter quelques règles de jardinage. Comment planter une Amaryllidacée ou une Alliacée ? Comment entretenir votre agapanthe ? Comment et pourquoi les pailler ?

Après la floraison, que faire de vos bulbes ? Comment multiplier les bulbeuses et tubéreuses ?

Voici quelques conseils en 7 points pour la réussite de leur culture.

Où planter L’Agapanthe et ses semblables ?

Originaires d’Afrique du Sud, l’Agapanthe, La Nérine , l’Amaryllis, le Tulbaghia et le Crinum doivent être plantés au soleil, élément indispensable à la floraison.

  • Plantez-les dans un endroit bénéficiant d’une exposition lumineuse, mais abrité des vents frais car ces plantes ont une tolérance relativement limitée au froid selon l’espèce. Vous pouvez aussi les installer sur des graviers qui réfléchiront la lumière.

Les jeunes bulbes ou rhizomes doivent être plantés en surface en laissant la pousse de végétation affleurer sans la recouvrir

  • La plantation doit se faire dans un sol drainé et richement amendé. Vous devrez pailler et arroser l’été. C’est l’humidité hivernale rendant le sol compact, que craignent ces espèces.

Comment planter l’Agapanthe en pot ?

La plantation en pot de ces espèces un peu exotiques convient bien dans les zones à hiver froid. En effet, l’Agapanthe, mais aussi l’Amaryllis, la Nérine, le Tulbaghia et le Crinum se développent bien en pot à condition de leur apporter ce dont ils ont besoin.

  • Choisissez un pot de bonne taille dont le fond est troué, que vous tapisserez d’une couche drainante constituée de billes d’argile ou de débris de pots en terre cuite. Mais, il est coutume d’entendre dire que ces plantes fleurissent mieux lorsqu’elles sont à l’étroit.
  • Remplissez le contenant d’un mélange riche constitué d’1/3 de terreau, d’1/3 d’humus bien décomposé et d’1/3 de sable.
  • Arrosez vos bulbeuses pendant leur période de croissance qui diffère selon les espèces. Les plantes ne doivent pas manquer d’eau à ce moment-là.
  • Nourrissez-les au départ de leur végétation avec un engrais complet à libération lente puis à la formation du bouton floral, fertilisez-les avec un engrais plus concentré en acide phosphorique et en potasse.

Pourquoi vos Agapanthes et vos Amaryllis ne fleurissent- elles pas ?

Si les fleurs tardent à se développer, cela peut être dû au fait que les besoins et les exigences de la plante ne sont pas satisfaits ou à des erreurs de culture, mais aussi à des raisons inhérentes à la plante elle- même.

  • La floraison peut être plus ou moins lente selon les espèces :
    • Pour une Agapanthe persistante, il faut patienter 4 années pour voir apparaître ses fleurs.
    • Quant à l’Amaryllis, le délai d’attente peut être plus long. Pour éviter de la détruire d’un coup de bêche quand à certaines saisons, le feuillage a disparu, il est judicieux voire impératif de signaler sa présence en y plantant une étiquette en bois ou en plastique.
  • Le manque de soleil peut être à l’origine du non fleurissement de votre plante. N’hésitez pas à la déplacer et de lui choisir une exposition bien ensoleillée. Placez vos pots le long des murs les plus chauds de votre jardin ou de votre terrasse.
  • Le sol est trop pauvre ; il faut ajouter du compost ou de l’engrais à libération lente.
  • La terre est trop sèche ; il faut arroser l’été.
  • L’humidité hivernale est néfaste et peut même être fatale aux fleurs mais aussi à la plante. Si votre plante est cultivée en potée, vous pouvez la rentrer ainsi elle sera protégée à la fois du froid et de l’excès d’eau.

Pourquoi faut-il respecter leurs cycles de végétation ?

Pour toutes les espèces et variétés, le feuillage ne se présente pas de la même façon et ne prend pas la même place. Il peut être discret ou au contraire encombrant. Il apparaît même après la floraison dans certains cas.

  • Le feuillage des Agapanthes
    • Chez certaines Agapanthes se forme une touffe de feuilles en rubans effilés et caducs, de couleur vert foncé. Ces Agapanthes au feuillage caduc sont plus rustiques que les autres.
    • D’autres variétés comme l’Agapanthe Silver Moon possède un feuillage persistant panaché (ou parfois caduc selon le climat) de vert foncé bordé de blanc-crème aux reflets argentés.
  • Le feuillage des Nérines et des Amaryllis

Lors de la floraison de la Nérine et de l’Amaryllis, le feuillage est absent mais est très important et même plus indispensable à la survie de la plante que les fleurs. Il ne faut donc pas nuire à son développement en automne et au printemps même si à ces moments-là il n’est pas très décoratif.

    • Dans le cas de la Nérine, des feuilles glauques et rubanées font leur apparition en premier et disparaissent au cours de l’été. La floraison a lieu de septembre à novembre.
    • L’Amaryllis belladona, quant à elle, développe ses feuilles quand la période de dormance commence, c’est-à-dire en automne. Cette plante fleurit à la fin de l’été, en août/septembre.
  • Un feuillage trop important
  • Chez le Crinum en particulier, la végétation très abondante peut nuire à la beauté des fleurs et gêner leur développement. C’est aussi parfois le cas pour les Agapanthes. Cette situation peut être provoquée par un excès d’azote ou d’eau en été. Pour y remédier et rétablir l’équilibre, il faut respecter des dosages d’engrais appropriés.

Que faire des Agapanthes, Tulbaghia et Crinum pendant l’hiver ?

Il s’agit de les protéger pour les conserver, mais là aussi, les méthodes d’hivernage différent selon les espèces.

  • Les Agapanthes et les Tulbagias se prêtent tout à fait à un repos hivernal sans arrosage. Pour cette raison, ils sont plus faciles à stocker. Il suffit de les entreposer dans un local hors gel, aucun soin n’est nécessaire. Attention, n’oubliez pas de les remettre en végétation dès le mois d’avril.
  • Les Crinum et les autres Amaryllidacées sont plus sensibles et demandent des conditions de stockage plus spécifiques. Ils apprécient de rester à la lumière en hiver dans une serre hors gel ou dans une véranda.

Faut-il pailler les Agapanthes et les Amaryllis ?

Le paillage est indispensable les deux premières années suivant la plantation, le temps que le rhizome se développe. Ceci est valable également pour les variétés rustiques. Il permet de protéger la plante des gelées occasionnelles et de l’humidité dans les régions à climat doux.

Pour les Amaryllis, certaines Agapanthes et autres espèces à feuillage persistant, utilisez un paillage léger et naturel pour laisser respirer la plante.

Comment multiplier les Amaryllidacées et les Alliacées ? 

Les techniques de multiplication de ces rhizomateuses, bulbeuses autres tubéreuses diffèrent peu d’une espèce à l’autre.

  • Par semis : les graines des Amaryllidacées sont grosses et faciles à récolter : vous pouvez les semer dans un terreau. Placer le pot  à l’intérieur près d’une fenêtre. La germination demande une température entre 18 et 22°C. Cette méthode pour multiplier des Amaryllis, Nérines ou Tulbaghia  doit se faire à la maturité des graines ou au printemps. Pour obtenir des résultats, il faut être très patient : entre 3 et 6 ans pour assister à la floraison de son nouvel Amaryllis. De plus, vous avez peu de chance de retrouver la reproduction fidèle des plantes que vous aurez obtenu par semis des graines récoltées sur l’Amaryllidacée d’origine.
  • La division de vieilles souches est une méthode bien plus simple.

Une précaution: laissez la touffe prendre de l’ampleur et ne les divisez pas trop souvent.

Pratiquer la division de touffes trop fréquemment conduirait à ce que vos plantes ne fleurissent plus pendant plusieurs années.

La multiplication par division de touffes convient à l’Agapanthe, l’Amaryllis, au Crinum (aussi appelé Crinole), mais aussi à la Nérine et au Tulbaghia.

Comme vous pouvez le constater : après la végétation, vous devez encore en prendre soin. Une question se pose souvent au sujet de ces grandes bulbeuses : Que faire de l’Amaryllis belladona, du Crinum, de la Nérine, du Tulbaghia après la floraison?

7 conseils pour réussir la plantation des Agapanthes, Amaryllis, Nérines
1 (20%) 1 vote

Laisser un commentaire