Le romarin : ses vertus, sa culture, sa conservation

Le romarin : ses vertus, sa culture, sa conservation

Classé dans : Jardin | 0

Le romarin de son nom latin Rosmarinus officinalis pousse à l’état sauvage dans le Midi. Elle possède des vertus médicinales entre autres celles de faciliter la digestion et de stimuler l’organisme.

C’est une plante condimentaire couramment utilisée pour garnir des plats à base de veau, de poulet et d’agneau et relever des sauces. Il peut aussi aromatiser agréablement certaines confitures ou gelées.

Le romarin est un arbuste formant une touffe érigée ou étalée aux feuilles opposées et fortement aromatiques. Ses feuilles sont utilisées fraîches ou séchées.

Au printemps, ses fleurs bleues attirent les abeilles qui en produisent un miel très apprécié.

Où planter le romarin ?

plantation-romarin-massif
Le romarin s’intègre facilement dans les massifs de vivaces et d’arbustes.

Le romarin aime les sols légers, même pauvres, arides et même très calcaires mais sans excès d’humidité, condition essentielle.

Choisissez- lui une place chaude, ensoleillée et sèche.

C’est une plante assez rustique supportant les températures au-dessous de 0°C et même jusqu’à -20°C environ si le sol est sec.

Même si en cas d’hiver rigoureux, les parties aériennes peuvent geler, la plante repart de la souche.

Il s’adapte assez bien dans toutes les régions sauf en haute montagne.

 

Comment cultiver le romarin ?

Vous pouvez le cultiver en compagnie du thym qui a à peu près les mêmes exigences.

  • Semez d’avril à juin pour repiquer en automne en place. La levée se fait en une quinzaine de jours.

ou

  • Plantez des jeunes plants au printemps.

ou

  • Bouturez sous cloche, en août, à l’aide de rameaux mi-ligneux, ou en octobre- novembre.

Comment entretenir le romarin ? 

Le romarin présente l’avantage de résister aux maladies.

  • Arrosez régulièrement et modérément l’année de la plantation. Ensuite, il supporte très bien la sécheresse.
  • Binez et sarclez souvent.
  • Dans le cas de la culture en pot, ne laissez pas d’eau stagner dans la soucoupe. L’hiver, rentrez le pot. Une plante en pot est plus vulnérable face au froid. L’avantage est que vous l’aurez ainsi à portée de main et vous disposerez de ses feuilles durant l’hiver.
  • Il n’est pas nécessaire d’apporter de fertilisants.
  • Paillez le pied dans les régions où l’hiver est plus froid.
  • Taillez les branches mortes au début du printemps pour stimuler de nouvelles pousses, mais aussi pour leur donner une forme et les aider à garder une bonne tenue.

Récolter le romarin 

Prélevez des brins au fur et à mesure des besoins, tout au long de l’année. Ce type de récolte est possible car le feuillage du romarin est persistant. À noter que ceux qui sont coupés avant la floraison sont généralement plus parfumés.

Comment le conserver ? 

  • Les feuilles fraîches se conservent peu de temps au réfrigérateur, dans un sac en plastique fermé.
  • Les feuilles fraîches peuvent aussi être congelées pour être conservées plus longtemps.
  • Les feuilles séchées se conservent dans un récipient fermé hermétiquement et placé dans un lieu frais, à l’abri de la lumière.

Comment le faire sécher ?

Le séchage du romarin

C’est la manière très simple pour conserver le romarin.

  • Nettoyez soigneusement la plante pour enlever la terre et toutes sortes d’impuretés.
  • Liez les tiges comme pour en faire des bouquets.
  • Entourez chaque  bouquet d’une feuille de papier en laissant les tiges à l’air. Cette précaution évitera aux feuilles de se casser et de se couvrir de poussière.
  • Suspendez les bouquets dans un lieu sec et aéré.
  • Détachez-les dès que les feuilles sont sèches et mais pas cassantes (environ au bout d’une quinzaine de jours).
  • Placez-les dans un bocal bien fermé.
  • Veillez à ce qu’il n’y ait pas de condensation sur les parois du bocal.
  • Si c’est le cas, retirez les feuilles et faites-les sécher quelques jours supplémentaires, sur une grille, dans un endroit chaud et sec.

Pour gagner du temps, vous pouvez mettre les plantes dans votre micro-ondes. Attention : il faut qu’elles soient bien sèches mais pas cassantes.

Dès que vous avez obtenu le résultat recherché, replacez-les dans le bocal.

Comment s’y prendre pour congeler du romarin ?

La congélation : trois manières de procéder

  • La congélation de branchettes
  • Lavez- les et séchez-les soigneusement.
  • Placez-les dans un sachet en plastique spécialement conçu pour congeler les aliments.
  • La congélation de feuilles séparées
  • Lavez-les et séchez-les soigneusement.
  • Etalez-les sur une plaque métallique en les espaçant et congelez-les ainsi.
  • Quand elles sont congelées, sortez la plaque du congélateur.
  • Placez-les dans un sachet en plastique spécialement conçu pour congeler les aliments et remettez-les dans le congélateur.
  • La congélation de feuilles hachées
  • Hachez-les finement.
  • Remplir les bacs à glaçons avec le hachis de romarin et de l’eau.
  • Démoulez les glaçons et mettez-les dans un sachet en plastique spécialement conçu pour congeler les aliments. Ainsi vous libérez vos bacs à glaçons et vous pourrez les réutiliser.

La décongélation du romarin se fait à l’air libre, à température ambiante. Quant aux glaçons aromatisés, ils sont directement utilisables dans les préparations sans attendre leur dégel.

Le romarin : ses vertus, sa culture, sa conservation
4 (80%) 3 votes

Laisser un commentaire