Les meilleurs pratiques pour jardiner bio – Conseils pratiques

Les meilleurs pratiques pour jardiner bio – Conseils pratiques

Classé dans : Potager | 0

Manger plus sain et respecter son jardin, quoi de mieux pour un jardinier. Voici quelques pratiques à mettre en place dans votre potager.

Pourquoi jardiner plus « naturel » ? Ce qui peut motiver votre choix.

  • Produire vos propres légumes c’est une façon de prendre soin de votre santé et à celle de votre famille.
  • Désirer protéger l’environnement dans lequel nous vivons tous.
  • Vouloir faire des économies. Surprenant !

Comment jardiner plus « naturel »?

Pour vous aider dans cette démarche, nous vous proposons quelques exemples de pratiques.

  • Achetez des graines biologiques. En les semant, vous produirez vos propres plants de manière plus naturelle et plus raisonnée. Vous pourrez décider quels plants repiquer et choisir les plus vigoureux.
  • Privilégiez les plantes adaptées au climat de votre région et à la terre de votre jardin (économie d’eau, de fertilisants entre autres.
  • Avant d’arroser, binez. Agissez selon ce vieil adage, «un binage vaut deux arrosages ». Ainsi l’eau pourra pénétrer correctement dans la terre. Arrosez copieusement une fois par semaine plutôt qu’un peu chaque jour. Plus efficace et moins contraignant.
  • Pour réduire le nombre d’arrosages, pensez à utiliser un paillis naturel qui réduira l’évaporation et maintiendra le sol frais. De plus, il freinera le développement des mauvaises herbes.

Quelques exemples de paillis : des paillettes de lin, de chanvre, des coques de cacao, d’écorces de pin ou une couche de gazon tondu, des débris d’ardoises, des cailloux…

En hiver, le paillage sera utile pour protéger les plantes d’un froid excessif.

  • Optez pour la diversité. Composez vos massifs avec plusieurs espèces de plantes. Pour vos haies, plantez plusieurs sortes d’arbustes.
  • Pensez à la rotation des cultures. Dès qu’une culture est terminée, choisissez une plante qui ne puisera pas le même type de minéraux dans le sol que la précédente.
  • Veillez à ce que vos plantes soient en bonne compagnie ! La présence de certaines plantes est bénéfique à d’autres, souvent parce qu’elles éloignent leurs ennemis (l’œillet d’Inde repousse les pucerons, la bourrache et la prêle réduisent le nombre d’insectes)…
  • Utilisez des produits non toxiques pour traiter les maladies ou les attaques « d’ennemis » : le savon noir liquide ou le savon de Marseille contre les pucerons, la cendre contre les limaces et les escargots…
  • Fabriquez votre compost en tas ou en bac.

C’est un fertilisant 100% naturel

Vous pouvez ainsi recycler vos déchets végétaux (épluchures,  feuilles mortes, tontes…), marc de café, sachets d’infusion, coquilles d’œufs, du pain et des matières animales (fumier). Il est déconseillé d’y jeter les mauvaises herbes surtout celles portant des graines.

  • Ces pratiques naturelles  peuvent  permettre de faire des économies d’argent en évitant d’acheter des quantités de produits chimiques coûteux. Contrairement à ce qui se dit communément, le bio n’est pas forcément plus cher.

Comment faire du purin d’ortie ?

Pourquoi fabriquer du purin d’ortie ? Pour quelles utilisations ?

Le purin d’ortie entièrement biodégradable vous rendra bien des services. Ne vous laissez surtout pas dégoûter par son odeur. Ce petit défaut n’est rien comparé à ses qualités !

  • C’est un bon fertilisant naturel fort en azote.
  • C’est aussi un répulsif pour les parasites (pucerons, acariens). Il ne guérit pas les maladies mais contribue à stimuler les défenses des plantes. Il aide à prévenir le mildiou de la tomate. C’est un fortifiant végétal.

Comment préparer le purin d’ortie ?

faire du purin ortie
Récolter des orties fraîches qui ne sont pas montées en graines pour avoir la garantie de faire un bon purin d’ortie.
  • Cueillez environ 1kg de feuilles d’ortie fraîches non montées en graines et hachez-les.
  • Jetez-les dans un récipient (pas en fer car oxydation) et couvrez-les d’eau.

Respectez bien les proportions en fonction de l’utilisation prévue: en tant qu’engrais (1 kg d’ortie pour 10 litres d’eau) et comme répulsif (1 kg d’ortie pour 10 litres)

  • Brassez l’ensemble tous les deux jours pendant 14 jours si la température est de de 20° environ. Posez un couvercle dessus sans fermer le récipient. Quand vous brassez des petites bulles apparaissent en surface. La fermentation est terminée lorsque vous ne voyez plus de bulles.
  • Filtrez-le. Vous ne gardez que le purin. Vous pouvez jetez les résidus d’orties sur le compost.

Comment utiliser le purin d’ortie ?

  • En tant que répulsif contre les parasites: pulvérisez le purin d’ortie dilué à 5% : ( ½  l de jus pour 10 l d’eau) sur les feuilles des plants .
  • En tant qu’engrais : versez-le directement sur la terre comme un engrais liquide, après l’avoir dilué à 20% (2 l de jus pour 20 l d’eau).

Le savon au jardin : Recettes et utilisations

A quoi peut bien servir le savon au jardin ?

C’est un moyen plus écologique pour protéger vos plantes contre l’attaque des pucerons, des cochenilles  et des mouches blanches. Il joue donc le rôle d’insecticide.

Vous pouvez utiliser deux types de savons : le savon noir et le savon de Marseille. Chacun d’eux demande une préparation avant de pouvoir être utilisé.

Vous pouvez aussi vous servir du savon de Marseille sec pour protéger vos ongles : vous les frottez  avec, de manière à ce que le savon entre sous vos ongles. Ainsi la terre ne pourra pas s’y mettre car l’endroit sera déjà occupé !

Comment préparer ces insecticides biologiques ?

  • Le savon noir : diluez 10 à 30g par litre d’eau et 1 à 2 cuillerées d’huile végétale.
  • Le savon de Marseille : râpez-en100 à 150g en copeaux fins. Faites-les bouillir dans un litre d’eau et 1 à 2 cuillerées d’huile végétale jusqu’à la dissolution du savon. Conservez ce liquide  dans une bouteille.

Comment utiliser ces bio-insecticides ?

  • Le savon noir : pulvérisez le produit que vous avez préparé, sur les parties infestées.
  • Le savon de Marseille : mélangez un peu de produit de votre bouteille dans 10 fois plus d’eau et pulvérisez-le sur vos plantes atteintes.

Pour éviter les brûlures des feuilles, utilisez-les tôt le matin ou en soirée.


Le bicarbonate de soude au jardin !

On le connaît bien en cuisine, en soin, pour le ménage mais moins pour le jardinage. Cette poudre blanche que vous trouverez aisément,  même, au rayon épicerie vous sera bien utile.

Quelles utilisations du bicarbonate de soude ?

  • En tant qu’insecticide contre les cochenilles, les pucerons.
  • Désherbant naturel entre les dalles du jardin.
  • Antifongique contre les moisissures qui apparaissent sur les rosiers…
  • Contre le mildiou au potager, au verger et sur les rosiers.
  • Dans un vase, pour que les fleurs gardent leur fraîcheur plus longtemps.

Comment utiliser le bicarbonate de soude ?

  • Insecticide : mélangez 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude et 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Pour l’utiliser, versez 2 cuillerées à café de cette préparation dans 30 centilitres d’eau. Vaporisez sur vos plantes et renouvelez cette opération

      toutes les 3 semaines.

  • Désherbant : saupoudrez de bicarbonate de soude entre les dalles du jardin. Cette action ralentit la repousse des mauvaises herbes et soulage le jardinier d’une tâche éprouvante pour le dos.
  • Antifongique : mélangez 5 à 10 grammes de bicarbonate de soude à 1 litre d’eau. Pour améliorer l’adhérence, ajoutez de l’huile ou du savon noir.

Pulvérisez ce mélange sur les feuilles sèches. S’il a plu après cette opération, effectuez une nouvelle pulvérisation.

  • Contre le mildiou : diluez 2 cuillerées à café de savon noir et 5 grammes de bicarbonate de soude dans 2 litres d’eau. Vaporisez la solution sur les plantes contaminées. Ce traitement est à la fois préventif et curatif.
  • Pour la beauté des fleurs coupées : ajoutez, à l’eau du vase, 2 cuillerées à café de bicarbonate de soude pour que votre bouquet de fleurs dure le plus longtemps possible.

Pensez surtout à bien respecter les doses pour éviter des dommages pour vos plantes. Faites un essai d’abord pour être plus sûr.

Les meilleurs pratiques pour jardiner bio – Conseils pratiques
4.7 (93.33%) 3 votes

Laisser un commentaire